45 millions de dollars d’aide d’Afreximbank aux sociétés d’affacturage

La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) a octroyé aux sociétés africaines d’affacturage des lignes de crédit d’un montant de 48 millions de dollars afin de leur fournir un accès à des liquidités et une protection contre les risques de paiement dans leurs activités.

Dans son allocution au Caire, au cours du colloque sur l’Affacturage en Afrique, le Dr Oramah, vice-président exécutif d’Afreximbank, chargé du développement des marchés et des services bancaires aux entreprises, le montant alloué aux entreprises africaines d’affacturage comprend 23 millions de dollars accordés aux entreprises opérant en Mauritanie et 25 millions de dollars à plusieurs autres basées au Sénégal. Il a annoncé qu’Afreximbank avait en ce moment des lignes d’affacturage d’une valeur totale de 50 millions de dollars en cours d’évaluation, pour des institutions basées au Burkina Faso, au Kenya, en Egypte, au Botswana, au Rwanda et au Zimbabwe.

Selon le Dr Oramah, Afreximbank soutient le développement de l’affacturage en Afrique à travers l’organisation d’activités de sensibilisation, y compris des événements éducatifs et la promotion de la création d’infrastructures de facilitation. En vue de réduire les coûts engagés par les entreprises africaines lors de l’établissement de plateformes commerciales d’affacturage et de relever les défis liés au manque d’expertise en back-office et la gestion des créances, Afreximbank a introduit un produit de développement d’affacturage co-marqué « AfriFactor ».

AfriFactor proposera des services consultatifs aux institutions financières africaines désireuses de créer ou d’améliorer leur pôle d’affacturage, et les assistera dans les domaines tels que l’établissement des entreprises d’affacturage, les plateformes de technologies de l’information et d’opérations. Afreximbank travaille également avec le Fonds Thématique pour l’Assistance au Secteur Privé (FAPA) de la Banque africaine de développement (BAD) afin de soutenir les entreprises d’affacturage en Afrique, via le recours aux subventions du FAPA destinées aux programmes novateurs pour les petites et micro-entreprises. Toujours selon le Dr Oramah, une subvention a déjà été pré-approuvée pour la mise en place des capacités techniques, la rédaction d’une loi modèle, le plaidoyer, y compris la formation, les ateliers et les conférences.

Le Dr Oramah a déclaré par ailleurs qu’Afreximbank avait organisé des séminaires, des formations et des ateliers à travers l’Afrique, en ciblant les responsables des banques et les législateurs, afin de susciter leur intérêt vis-à-vis de l’affacturage comme un instrument alternatif de financement du commerce pour les entreprises. Le colloque et l’académie sur l’affacturage en Afrique a été organisé par l’Egyptian Factoring Association, le Financial Services Institute et l’International Factors Group (IFG).