Atelier du lancement du Plan d’Action National de Lutte contre l’Exploitation Illégale au Gabon (PANEFI)

L’Atelier du PANEFI s’est déroulé à l’initiative de la direction des forêts, le vendredi 14 février à l’auditorium du ministère des forêts, de l’environnement et de la protection des ressources naturelles sous la tutelle du ministère, en présence de son ministre délégué Monsieur Louis Philippe MVE NKOGHE, des différents directeurs du ministère, des acteurs de premiers plans de la forêt, que sont les grands exploitants forestiers, les différentes directions provinciales et les ONG.

Ledit atelier national vient matérialiser les mesures prises en Conseil des Ministres, en sa séance du 2 mai 2013, autorisant le Ministre des Eaux et Forêts à organiser à Libreville et dans les deux provinces du Woleu-Ntem (Oyem) et Ogooué-Ivindo (Makokou), des ateliers de Présentation dudit plan d’actions.

La cérémonie d’ouverture a été ponctuée par deux allocutions ; d’une part, le mot introductif de Monsieur Paul KOUMBA ZAOU, Directeur Général des Forêts, et d’autre part le discours d’ouverture de l’atelier prononcé par Monsieur le Ministre Délégué, représentant le Ministre empêché. Dans son propos introductif, le Directeur Général des Forêts, a tout de suite planté le décor de la rencontre en faisant ressortir les chiffres accablants exprimés par la Banque Mondiale et Environnemental Investigations Agency (EIA), qui indiquaient respectivement qu’en 2006, 50% des exportations des bois du Gabon étaient illégales et que 70.000 m³ de bois en provenance de notre pays étaient exportés en Asie de manière illégale.
Face à ce constat amer, les plus hautes autorités, en tête desquelles, Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, ont décidé de tout mettre en œuvre pour lutter contre cette gangrène. Les travaux de l’atelier se sont poursuivis avec les différentes présentations, suivies ensuite des débats. Différents thèmes ont été abordés dont les principaux exposants M. Simplice NTEME, directeur de Développement des forêts, Luc MATHOT, Directeur Fondateur de Conservation Justice, M. Éric CHEZAUX Responsable de l’entreprise Rougier Gabon, M. ROSNY, de l’ONG Conservation Justice, M. Alain Verney représentant de la Société Générale des Services (SGS). Pour clôturer la série d’exposés, la présentation du « Plan d’Action National de Lutte Contre l’Exploitation Forestière Illégale au Gabon (PANEFI) » a été faite par M. Paul KOUMBA ZAOU, Directeur Général des Forêts.
Enfin, les recommandations suivantes ont été formulées :
Mettre en œuvre le PANEFI avec la collaboration de toutes les parties prenantes ;
Finaliser le processus de révision du code forestier en vue notamment de renforcer le cadre répressif, et que les poursuites judiciaires débouchent sur des condamnations fermes et exemplaires des contrevenants ;
Renforcer la gouvernance forestière afin que les politiques de conservation, de gestion durable des forêts soient plus efficaces ;
Impliquer toutes les parties prenantes en définissant clairement le rôle, les tâches et les responsabilités de chacune d’entre-elles, dans ce nouveau processus de lutte contre l’exploitation forestière illégale ;
Etablir des collaborations et une coordination étroite avec les autres administrations et les organisations nationales et internationales de lutte contre la corruption et la criminalité sur des espèces de flore et de faune, telles que la CITES, Environnemental Investigations Agency, INTERPOL, SGS, etc.
Autres recommandations :
Appliquer les dispositions légales et réglementaires en matière de répression de la corruption des agents, qu’elle soit passive ou active ;
Renforcer les collaborations intra et inter entre (opérateurs économiques, administrations, parlementaires, populations locales, instances judiciaires, ONG) ;
Renforcer en outre les budgets alloués aux différentes directions provinciales, les capacités des agents en matière de lutte contre l’exploitation forestière illégale et contre la corruption et les effectifs de l’administration forestière, en qualité et en quantité ;
Procéder aux mutations des agents ayant plus de 3 ans au même lieu d’affectation ;
Former les agents en matière des procédures judiciaires et uniformiser la formulation des Procès-verbaux dans tout le territoire national.

En savoir plus sur le site du Ministère http://www.eaux-forets.gouv.ga/