Des nominations à la BAD

Le Groupe de la Banque africaine de développement a récemment nommé à des postes importants M. Ismaila Dieng, de nationalité sénégalaise, au poste de directeur de la communication et des relations extérieures, Mme Hélène N’garnim-Ganga, ressortissante du Tchad, au poste de conseiller juridique général et le Prof Vincent Nmehielle, secrétaire général du Groupe de la Banque africaine de développement. Ces nouveaux responsables prendront leurs fonctions début septembre 2016.

Une longue expérience d’Ismaila dans la gestion de la communication et des affaires publiques

Le Groupe de la Banque africaine de développement nomme Ismaila Dieng au poste de directeur de la communication et des relations extérieures

Le Groupe de la Banque africaine de développement nomme Ismaila Dieng au poste de directeur de la communication et des relations extérieures

Avant d’entrer à la Banque, Ismaila Dieng était en service au Fonds monétaire international (FMI), où il exerçait les fonctions de chef de l’équipe Afrique dans le département de la communication. Il est titulaire d’une maîtrise en journalisme de l’École supérieure de journalisme de l’université de Columbia aux États-Unis et d’une licence de l’université de Dakar au Sénégal. Il a été bénéficiaire de la bourse Bagehot Fellow en journalisme économique de l’université de Columbia et a également été boursier de la Fondation Reuters à Green Oxford.

Ismaila Dieng a commencé sa carrière en tant que journaliste économique pour « Sud Quotidien », le « Journal de l’Économie » et « Marchés Tropicaux ». Il a également dirigé le département communication d’Oxfam (Grande-Bretagne) en Afrique occidentale et centrale. À ce titre, il a participé à des campagnes mondiales de grande envergure telles que la crise humanitaire au Darfour et au Tchad, la crise alimentaire et énergétique, l’adoption de la convention de la CEDEAO sur les armes légères, ainsi qu’à de nombreux projets de développement. Il a rejoint le Fonds monétaire international en 2009 comme attaché de presse. Au fil des ans, il a dirigé plusieurs campagnes de communication portant sur des questions sensibles dans de nombreux pays, y compris la réforme des facilités du FMI pour les pays à faible revenu, la Conférence Africa Rising 2014 et la crise Ebola.

Dieng a également travaillé dans plusieurs autres départements au sein du Fonds, notamment le département de la recherche où il a dirigé le travail des médias sur les perspectives de l’économie mondiale et le département Asie-Pacifique. Plus récemment, il a été rédacteur en chef des versions papier et électronique de « Finances et Développement », le magazine phare du Fonds.

Commentant sa nomination, Ismaila Dieng a déclaré : « La Banque africaine de développement est à la croisée des chemins. L’accent est désormais mis sur cinq domaines prioritaires pour aider à transformer l’Afrique, à savoir : éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ; nourrir l’Afrique ; industrialiser l’Afrique ; intégrer l’Afrique ; améliorer la qualité de vie des populations africaines. Je me réjouis de faire partie de l’équipe pour contribuer à la réalisation de ces grandes priorités pour l’Afrique. » Quant au président de la Banque africaine de développement, M. Akinwumi Adesina, il s’est réjoui de l’arrivée de M. Dieng : « Je suis heureux de savoir qu’Ismaila Dieng va rejoindre la Banque africaine de développement. La longue expérience d’Ismaila dans la gestion de la communication et des affaires publiques, dans la collaboration avec les réseaux de médias africains et mondiaux et avec de multiples parties prenantes sera très précieuse pour la Banque. »

Hélène, une grande expérience des opérations juridiques de la Banque, combinée à la gestion des projets de la Banque et des opérations commerciales

La Banque africaine de développement nomme Hélène N’Garnim-Ganga au poste de Conseiller juridique général.

La Banque africaine de développement nomme Hélène N’Garnim-Ganga au poste de Conseiller juridique général.

Quant à la Tchadienne Hélène N’Garnim-Ganga, actuellement la représentante-résidente de la Banque africaine de développement au Mali, elle est titulaire d’une maîtrise en droit de la Faculté de droit de l’université Harvard aux États-Unis et d’une maîtrise en droit international de l’université de la Sorbonne, Paris I en France. Elle est également titulaire d’un diplôme d’études approfondies (DEA) de l’Université Assas, Paris II en France. C’est une avocate accréditée, qui a réussi les examens des barreaux de New York et de Paris. Elle possède à son actif 25 ans d’expérience dans la gestion des aspects juridiques de la gouvernance d’entreprise, de projets stratégiques et de programmes opérationnels.

Elle a commencé sa carrière comme conseillère juridique principale dans un cabinet privé international installé à New York et à Paris. Au rang de ses responsabilités figuraient plusieurs projets de financement, d’exploitation minière et de privatisation. En qualité d’avocate principale, elle a participé à la première opération de privatisation effectuée en Algérie dans le secteur de l’acier et a supervisé la rédaction de plusieurs textes législatifs, à l’instar de la loi sur les télécommunications au Tchad qui a été finalement adoptée par le parlement. Elle a ensuite rejoint le secteur du développement en tant que directrice du département juridique du Groupe de l’Agence française de développement où elle fut une pionnière de l’élaboration d’instruments innovants accordant une certaine souplesse de remboursement aux pays en cas de chocs exogènes.

Elle est entrée à la Banque africaine de développement par le biais du cabinet du vice-président, aux services institutionnels où elle a supervisé la mise en œuvre des réformes complexes avant d’être nommée à la tête de la division des opérations du secteur public, des politiques et de la gouvernance dans le département du conseil juridique général et des services juridiques. Pendant qu’elle était en service au sein du département juridique de la Banque, elle a joué un rôle de premier plan dans la mise en place du Zim-Fund visant à soutenir le développement du Zimbabwe, la création du département de lutte contre la corruption et la mise en place d’un mécanisme de garantie aux Seychelles permettant à ce pays de renégocier sa dette privée auprès de ses multiples créanciers privés.

Hélène N’Garnim-Ganga se passionne pour la stratégie de la Banque visant la transformation de l’Afrique. Au Mali, elle a réussi à améliorer la pertinence et la visibilité de la Banque en relevant sa capacité de mobilisation des ressources et en développant son portefeuille du secteur privé. « Je remercie le président Adesina pour sa confiance. Il me tarde de diriger les services juridiques de la Banque en vue de soutenir au plan économique et du développement, l’impact du travail de la Banque en Afrique », a-t-elle déclaré. Le président de la Banque africaine de développement, M. Akinwumi Adesina, a, pour sa part, salué la nomination d’Hélène N’Garnim-Ganga au poste de conseiller juridique général. Hélène N’Garnim-Ganga , affirme-t-il, mettra à profit sa grande expérience des opérations juridiques de la Banque, combinée à la gestion des projets de la Banque et des opérations commerciales dans un état fragile, où elle est respectée pour avoir instauré une collaboration active avec les pouvoirs publics et les partenaires de développement. L’expertise d’Hélène N’Garnim-Ganga en droit et en opérations et sa passion pour le développement, lui donnent, reconnaît-il, une perspective unique de prendre la direction du département juridique de la Banque en qualité de conseiller juridique général au moment où la Banque déploie son nouveau modèle de développement et de prestation de services et renforce ses activités partout en Afrique.

Enfin, le Sud-Africain Vincent Nmehielle est un juriste de renommée internationale qui jouit d’une vaste expérience et d’une grande expertise dans le droit international, la gouvernance d’entreprise et la gestion de problèmes complexes de gouvernance impliquant de multiples parties prenantes. Il cumule 26 ans d’expérience dans la pratique du droit privé, l’enseignement universitaire du droit international et dans la fonction publique internationale, notamment dans les domaines suivants : application du droit international, politique, justice, gouvernance et développement en Afrique.

Il est titulaire d’une licence en droit (LLB) de l’université de science et de technologie de Rivers State au Nigeria, et est agréé comme avocat auprès de la Cour suprême du Nigeria. Il est également titulaire de diplômes de troisième cycle en droit, dont une maîtrise en droit international de l’université de Notre-Dame aux États-Unis, et un doctorat en droit international de l’université George Washington aux États-Unis. Il a exercé comme avocat avant de rejoindre le milieu universitaire, où il a travaillé et s’est hissé au rang de professeur de droit à l’université de Witwatersrand en Afrique du Sud, et a occupé le poste de directeur du programme sur le droit, la justice et le développement en Afrique de l’université de Witwatersrand.

Tirer profit de la riche expérience de Vincent Nmehielle dans le droit international et la gouvernance d’entreprise

Banque africaine de développement : Nomination de Monsieur Vincent Nmehielle au poste de Secrétaire général.

Banque africaine de développement  nomme Monsieur Vincent Nmehielle au poste de Secrétaire général.

Jusqu’à sa nomination, Vincent Nmehielle était le conseiller juridique et le directeur des affaires juridiques de la Commission de l’Union africaine, où il a exercé comme conseiller juridique principal des organes de décision de l’Union africaine, notamment l’Assemblée des chefs d’État et de gouvernements et le Conseil exécutif, entre autres. Il apporte avec lui une grande expérience et beaucoup de tact au service des structures de gouvernance de haut niveau, favorisant la mise en place de systèmes de gouvernance institutionnelle et l’instauration de consensus entre divers groupes. Il est actuellement membre du conseil consultatif de l’Institut de droit en Afrique, basé à Ottawa au Canada. Auparavant, il a été président du conseil d’administration de l’Institut des droits de l’homme d’Afrique du Sud.

Évoquant sa nomination, le Prof Nmehielle a affirmé que : « Je suis ravi de rejoindre l’équipe dynamique de la haute direction en train d’être mise en place à la Banque africaine de développement afin d’aider à accélérer la transformation du continent africain. Je me réjouis de faire partie de l’équipe pour soutenir les systèmes de gouvernance institutionnelle et de responsabilité de la Banque et travailler en étroite collaboration avec le conseil d’administration et la direction de la Banque. »

Le président de la Banque africaine de développement, M. A. Akinwumi Adesina, s’est dit heureux de cette nomination : « Je suis ravi d’accueillir Vincent Nmehielle au sein du Groupe de la Banque africaine de développement. La Banque va tirer profit de la riche expérience de Vincent dans le droit international, la gouvernance d’entreprise, la capacité à gérer des parties prenantes très diverses et dans le renforcement de la gouvernance institutionnelle en vue de favoriser la responsabilisation et les résultats. Il représente un atout de taille pour notre équipe. »

Source : BAD