Ecobank reçoit un prêt de 100 millions $ de la Banque européenne d’investissement

La société mère du groupe Ecobank, basée à Lomé, Ecobank Transnational Incorporated (ETI), a annoncé avoir signé un accord de prêt de 100 millions $, sur une durée de 7 ans, avec la Banque européenne d’investissement.

« Ce financement s’inscrit dans le cadre de notre relation avec la Banque européenne d’investissement. Il nous permettra de continuer à consolider l’expansion de nos activités et de traduire, en valeur ajoutée pour notre clientèle, la taille de notre institution et sa couverture géographique. Nous allons utiliser ce financement pour maintenir l’offre de crédit dans les économies clés en Afrique, contribuant ainsi au développement du continent », a commenté Albert Essien, le Directeur Général du groupe bancaire, cité dans le communiqué.

Ces 100 millions $ viennent s’ajouter aux 200 millions $ obtenus de la Deutsche Bank le 9 décembre 2014 dernier et aux 150 millions $ obtenus quelques semaines plus tôt auprès de 5 banques. Le nouveau prêt, a-t-on appris, permettra au groupe Ecobank de renforcer les capacités de financement de certaines filiales et de financer, en partie, des acquisitions d’immobilisations stratégiques. « Ecobank continue ainsi de contribuer activement à l’économie africaine par un accroissement des disponibilités de crédit pour les entreprises et par la création de valeur à long terme pour ses actionnaires », peut-on lire dans le communiqué. Cette information tombe alors qu’on attend encore la décision du groupe sur les mesures qui seront prises pour relever les défis du groupe.

Meilleures performances en 2014

En Afrique de l’Est, il doit encore transformer son investissement en source de profits solides pour ses actionnaires, en même temps qu’il devra appuyer sa filiale kényane afin que celle-ci soit conforme aux nouveaux ratios prudentiels édictés par la banque centrale de ce pays. Du ratio d’adéquation des fonds propres, il en sera aussi question au Nigeria, où on attend toujours l’option qui sera prise pour renforcer les fonds propres de sa filiale dans ce pays.

Le groupe termine d’ailleurs l’année avec une perception très contrastée des investisseurs présents sur les marchés financiers où il est présent. Sur la BRVM, la valeur de l’action ETI reste parmi les plus dynamiques, mais affiche un recul de 5,8% au 22 décembre 2014. Sur le Nigerian Stock Exchange par contre, le groupe figure parmi les meilleures performances du secteur derrière CFC Stanbic, avec une action qui, depuis le 1er janvier, affiche une progression de 4,2%.

Agence Ecofin