Insertion professionnelle : 520 jeunes pour un stage professionnel à Nkok

520 jeunes Gabonais âgés de 18 à 40 ans, avec ou sans qualifications, intègreront 18 entreprises installées dans la Zone spéciale de Nkok pour un stage professionnel de deux ans. Ce stage est rémunéré à hauteur du Smig, avec possibilité d’embauche. Le ministre du Travail, Éloi Nzondo, le directeur général de l’Autorité administrative de la Zone spéciale de Nkok, Gabriel Ntoungou, le directeur général de l’Office national de l’emploi (ONE), Hans Landry Ivala, ainsi que 18 chefs d’entreprise ont signé le 30 juin dernier, à Nkok, une Convention d’apprentissage jeunesse.

Cette convention permet d’offrir un stage professionnel de deux ans à 520 jeunes Gabonais, âgés de 18 à 40 ans, dans 18 entreprises installées dans la zone économique de Nkok. Celles-ci sont spécialisées dans les métiers du bois, de la métallurgie, a-alimentaire et la pharmacie. Les stagiaires seront affectés en fonction des besoins et des postes à pourvoir par chaque entreprise. L’enrôlement des jeunes devant intégrer les entreprises dans le cadre de cette convention commence le 1er juillet à la mairie de Bikele.

Des stages de pré insertion et d’insertion professionnelle

Cette convention est l’application, selon le ministre du Travail, Éloi Nzondo, « du contrat conclu le 2 novembre 2016, lors des échanges entre les opérateurs économiques et le Fonds d’aide à l’insertion et la réinsertion professionnelle (FIR), relatifs à la mise œuvre de l’apprentissage ». Dans ce contrat, a précisé le ministre du Travail, « les entreprises ont pour finalité l’amélioration de l’employabilité des jeunes par des stages de pré-insertion et d’insertion professionnelle ». Dans cette perspective, « l’Etat s’engage simplement à garantir à l’employeur la flexibilité au niveau de l’emploi et l’accès à une main-d’œuvre qualifiée à moindre coût », a renchéri Eloi Nzondo.

Le-ministre-du-Travail,-Eloi-Nzondo

Le ministre du Travail, Eloi Nzondo

La particularité de la nouvelle convention d’apprentissage jeunesse, selon le directeur général de l’ONE, « réside dans le fait que les frais liés à l’immatriculation des stagiaires à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), et à la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS), ou de leur suivi administratif sont entièrement supportés par les entreprises », a expliqué Hans Landry Ivala.