La BAD finance pour 79,1 milliards de francs CFA les projets du Parc de technologies numériques et d’énergie du Sénégal

Le Sénégal vient de signer deux accords de financement avec la Banque africaine de développement pour un montant global de 79,1 milliards de francs CFA (116,85 millions d’euros). Cette enveloppe est destinée au financement de deux projets phares du gouvernement sénégalais dans les domaines de l’énergie et des Tics. Il s’agit du projet du Parc de technologies numériques à Diamniadio pour 40 milliards de francs CFA et du Projet énergie de l’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (Omvg) pour 39,1 milliards de francs CFA. Ces deux projets contribueront, selon les autorités sénégalaises, à faire du Sénégal « une place économique forte en Afrique ».

Création d’un marché régional de l’électricité

Le Projet énergie de l’Omvg prévoit l’aménagement d’un barrage hydroélectrique à Sambangalou dans la région de Kédougou d’une puissance de 128 MW et la construction d’un réseau d’interconnexion électrique constitué de 1 677 km de ligne de haute tension de 125 kV, avec quinze postes de transformation. La Bad a été désignée comme chef de file parmi les neuf bailleurs qui interviennent dans ce projet régional. Ces infrastructures, qui seront connectées au barrage hydroélectrique de Kéléta, en République de Guinée, vont contribuer à la création d’un marché régional de l’électricité, tout en injectant 109 MW supplémentaires dans le réseau de distribution de la Senelec. Selon le ministre, ce choix permettra, à terme, de baisser sensiblement le coût de l’électricité pour les ménages et les entreprises, en réduisant la dépendance au pétrole qui assure actuellement 90% de la production d’électricité. L’ambition du gouvernement, dit-il, est de porter le taux d’accès à l’électricité à 65% en 2019 contre 57% en 2013.

Pour ce qui est du projet du Parc de technologies numériques, il vise à « développer, sur vingt-cinq hectares à Diamniadio, une infrastructure qui répond aux normes internationales et qui fera du Sénégal une plaque tournante pour les investissements dans le domaine des Tics ». Cet investissement dans le secteur numérique stimulera l’innovation, la création de PME et d’emplois massifs.

Enfin, par leurs impacts attendus, ces projets joueront un rôle à la fois « structurant et transformateur », pour l’économie sénégalaise. Le projet du Parc de technologies numériques favorisera, selon la Banque africaine de développement, l’implantation de grandes firmes internationales qui évoluent dans le secteur numérique. Il devrait générer la création de 35 000 emplois directs et 105 000 emplois indirects.

Pour plus d’infos : www.lesoleil.sn