La Banque mondiale abaisse ses prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne en 2016

La Banque mondiale a abaissé ses prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne en 2016, à 2,5%, contre de précédentes estimations de 3,3% en avril et de 4,2% en janvier. Dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques mondiales publié le 7 juin écoulé, l’institution a expliqué ses nouvelles prévisions par «une faiblesse persistante des prix des produits de base, une baisse de l’activité mondiale et un durcissement des conditions de financement ». En effet, les pays exportateurs de pétrole en Afrique subsaharienne seront particulièrement touchés par le ralentissement économique. Le PIB du Nigeria ne devrait ainsi progresser que de 0,8% cette année contre une prévision de 4,6% annoncée en janvier. La Banque mondiale a aussi sabré ses prévisions de croissance pour l’Angola qui passent de 3,3% en janvier à 0,9% aujourd’hui, et le Gabon de +5,1 % à +3,9 %.

Pour ce qui est des pays importateurs du pétrole dans la région, l’institution s’inquiète notamment du risque de renchérissement des produits alimentaires. « Alors que les pays exportateurs de pétrole ne devraient pas voir leur consommation augmenter de façon substantielle, chez les importateurs de pétrole, le recul de l’inflation devrait stimuler la consommation des ménages. Cet avantage pourrait néanmoins être atténué par le renchérissement des produits alimentaires du fait de la sécheresse, le niveau élevé du chômage et la dépréciation des monnaies », souligne le rapport.

Source : www.agenceecofin.com