La Banque mondiale revoit à la baisse le taux de croissance 2016 de l’Afrique subsaharienne

Selon la Banque mondiale, l’Afrique subsaharienne connaîtra en 2016 une croissance de 3,3%, en légère hausse par rapport à 2015 où elle s’est située à 3%. La chute des cours des matières premières est la principale raison de cette contre-performance, loin des 6,8% enregistrés entre 2013 et 2008. « Le plongeon des matières premières, et notamment du pétrole (…), et une faible croissance mondiale, spécialement dans les marchés émergents, expliquent cette performance morose », précise le communiqué de la BAD. Outre les pays producteurs de pétrole qui ont perdu une grande part de leurs sources de revenus, la Banque mondiale cite également la sécheresse qui a affecté la production hydroélectrique et les récoltes de maïs, notamment en Afrique australe.

Les tensions politiques dans les pays d’Afrique centrale qui tardent à accepter l’alternance, ainsi que les menaces terroristes contribuent également à affaiblir les économies africaines. La banque reste toutefois résolument optimiste et prédit pour 2017 et 2018 une croissance de 4,5%.

Source :  www.agenceecofin.com