La Fédération des Associations, Centres et Clubs UNESCO du Gabon se refonde

La Commission nationale gabonaise pour l’UNESCO a relancé, le 30 mars dernier, le processus de redynamisation des Associations, Centres et Clubs UNESCO locaux par l’organisation de l’assemblée générale de la fédération qui les compose avec le soutien du Bureau de Libreville. Plusieurs points étaient à l’ordre du jour, notamment l’examen et l’adoption des nouveaux statuts et règlement intérieur, l’élaboration d’un plan action et l’élection d’une nouvelle instance dirigeante. Les participants venaient des différentes provinces et chaque club/association était représenté par son président ou par un autre de ses membres.

Les Associations, Centres et Clubs UNESCO sont des groupes de volontaires d’âges et de statuts socioprofessionnels variés, de militants bénévoles au service des idéaux de l’UNESCO que sont : l’équité, la justice, la responsabilité et l’excellence. Etablis avec l’autorisation des Commissions nationales pour l’UNESCO, ces clubs, centres et associations sont regroupés dans des réseaux nationaux, régionaux et internationaux, ayant pour but d’agir sur le terrain dans les domaines de compétences de l’UNESCO qui leur confère trois fonctions essentielles : la formation, la diffusion de l’information, et l’action. Ils interviennent sur des problèmes globaux à répercussion locale et contribuent ainsi à la réflexion sur le choix d’un modèle de société.

Processus de redynamisation des Clubs/Associations

Au Gabon, ils sont une quarantaine coordonnée par la FENACU, Fédération nationale des associations, centres et clubs UNESCO. Créée en 1985, la FENACU a vu la stagnation de ses activités à partir de 1994. En 2013, soit 20 ans après, la Commission nationale a initié une première réunion de concertation et d’information en vue de mesurer l’opérationnalité des Clubs, d’identifier l’origine leur inactivité et d’en proposer des solutions et d’installer un bureau provisoire.

La tenue de l’assemblée générale de la FENACU des 30 et 31 mars 2017 est un prolongement de ce processus de redynamisation desdits Clubs. Elle traduit la volonté de la Commission nationale gabonaise pour l’UNESCO de répondre aux aspirations de l’Organisation qui, pour la promotion de ses idéaux, s’appuie sur un certain nombre de réseaux et partenaires, notamment les comités nationaux des programmes scientifiques, les Chairs, les Ecoles associées et Clubs UNESCO, pour paraphraser M. Jean-Claude Engo Bekui, secrétaire général de ladite Commission.

Respecter la dynamique propre des Clubs,  règle de l’UNESCO

« Bien que le nom de l’UNESCO figure dans l’appellation des différents Clubs et fédérations, l’Organisation n’est point responsable de leurs activités », a souligné Mme Séraphine Memine Me Zue, administrateur du programme Education, représentant le Représentant et Chef de Bureau UNESCO à Libreville. « Respecter la dynamique propre des Clubs a toujours été la règle de l’UNESCO : elle n’intervient ni pour leur création ni pour leur développement. Ils jouissent d’une autonomie financière et juridique et sont de ce fait responsables de leur fonctionnement », a-t-elle affirmé.

« L’importance du mouvement des Clubs UNESCO illustre comment des citoyens ordinaires de tous âges, de tous horizons et de toutes conditions peuvent au même titre que des dirigeants et responsables politiques influer sur les décideurs, les clubs ayant été les premiers à établir durablement les passerelles au sein de la société civile », a indiqué Mme Lucie Akalane, ministre déléguée, représentant le ministre l’Education nationale et de l’Education civique, président de la Commission nationale gabonaise pour l’UNESCO.

Après la traditionnelle cérémonie protocolaire, les participants ont effectué plusieurs travaux, notamment le bilan du bureau provisoire et les formations sur la gestion d’une association et la recherche de financement, le premier jour ; l’amendement des statuts et règlement intérieur, présentation du plan action biannuel et l’élection du nouveau bureau.

Cette refondation de la Fédération des Associations, Centres et Clubs UNESCO (FENACU) du Gabon favorisera une meilleure connaissance des idéaux de l’Organisation sur l’ensemble du territoire national.

Source :  www.unesco.org