La problématique de la gestion des déchets biomédicaux discutée à Libreville

Les professionnels de la santé et de l’environnement ont été invités début juin dernier, par l’entreprise INCINEX Zerp – incubée chez JA GABON – à la Chambre de commerce et d’industrie de Libreville pour une conférence sur le thème de la gestion des déchets biomédicaux au Gabon.

En effet, ces déchets qui ne représentent que 15% des déchets en milieu hospitalier, sont potentiellement dangereux pour la population et pour l’environnement. Pourtant, la plupart des centres hospitaliers et autres établissements de santé de la place ne savent comment les traiter de manière saine. Il est estimé que les déchets biomédicaux dangereux s’élèvent à environ 4,5 tonnes produits chaque mois par l’ensemble des établissements de santé de Libreville et sont déversés au niveau de la décharge de Mindoumbé où ils présentent un risque infectieux, toxique et traumatique pour les populations et contaminent l’environnement. Les intervenants avaient donc pour objectif premier de sensibiliser les responsables de ces différents établissements de santé à porter un regard plus attentif sur l’élimination de leurs déchets biomédicaux.

Assurer la sécurité de la population et de l’environnement via l’élimination des déchets biomédicaux dangereux

L’entreprise INCINEX Zerp a présenté, lors de cette conférence de presse, ses offres et services par l’entremise de son gérant. Créée en décembre 2015, INCINEX Zerp s’est spécialisée dans la collecte, le transport et l’incinération des déchets biomédicaux. Cette entreprise a été financée grâce à l’obtention du Grand Prix de l’Excellence en 2014 et le challenge TOTAL Startupper de l’année en 2016 pour soutenir la création d’entreprise auprès des jeunes Gabonais. L’usine d’incinération est en cours de construction au sein de la Zone Economique à Régime Privilégié (ZERP) de Nkok. « Notre objectif sera d’assurer la sécurité de la population et de l’environnement en participant à l’élimination des déchets biomédicaux dangereux tout en offrant une vraie prestation de service », a précisé le gérant d’INCINEX ZERP, Boris Abessolo.

A cette occasion, un rappel de la loi n°002 du 1er août 2014 portant Code de l’Environnement en République Gabonaise a été fait par M. Bernard Panzou, chef de service à la Direction Générale de l’Environnement et de la Protection de la Nature (DGEPN). Mieux, le ministère de la Santé a indiqué que la politique d’orientation sur l’élimination des déchets biomédicaux préconisait aux différents responsables d’établissements de santé présents de s’orienter vers une élimination spécialisée, sécurisée et adaptée des déchets qu’ils produisent.

Par ailleurs, le lieutenant Normands Mabicka, responsable Qualité et Hygiène de l’Hôpital d’Instruction des armées de Mélen, a expliqué les avantages de la mise en place d’un système performant de tri des déchets au sein de cet hôpital. La présence d’un nouvel opérateur tel qu’INCINEX dans le domaine de l’élimination des déchets biomédicaux sera, selon lui, une véritable opportunité pour les établissements de santé de Libreville qui pourront dès la rentrée prochaine sous-traiter leurs déchets.

Source : communiqué INCINEX Zerp.