L’ADEA invitée d’honneur de la CONFEJES à la Conférence internationale sur la protection de l’intégrité du sport

Apporter des réponses efficaces aux préoccupations liées aux phénomènes comme le dopage, la corruption et la manipulation des compétitions sportives qui mettent en péril l’intégrité et les valeurs éthiques du sport, c’est l’objectif que la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie (CONFEJES) s’est fixé en organisant le  22 juillet 2017, en marge de la 8e édition des jeux de la francophonie (21 – 30 juillet 2017, Abidjan, Côte d’Ivoire), une  Conférence internationale sur  la protection de l’intégrité du sport.

Au regard de l’importance du binôme éducation/sport, la CONFEJES a saisi cet évènement international pour inviter son partenaire, l’Association pour le développement de l’Afrique (ADEA), a partagé ses recommandations tirées de sa Triennale 2017 (14 – 17 mars 2017, Diamniadio – Dakar, Sénégal) parmi lesquelles figure en priorité la création d’un  Fonds africain pour l’éducation (FAE).

Secrétaire général de ADEA

Cette rencontre de haut niveau présidé par Oswald Homeky, président en exercice de la CONFEJES et ministre des Sports de la République du Benin ; M. Bouramah Ali Harouna, secrétaire général de la CONFEJES ; S.E.M. François Albert Amichia, ministre des Sports et des Loisirs de la Côte d’Ivoire, a vu la participation de plusieurs ministres en charge des Sports et des représentants des pays membres de la francophonie, mais aussi de partenaires techniques comme l’ADEA, la Fondation Didier Drogba, la Française des  Jeux, l’Institut Mandela et l’UNESCO.

Célébrer la valeur du sport

L’ADEA par la voix de sa chargée des relations extérieures et du partenariat stratégique, Mme Ramata Almamy Mbaye, représentante du secrétaire exécutif par interim, M. Shem Bodo, a remercié la CONFEJES pour avoir désigné l’association comme invitée d’honneur de la conférence, mais aussi d’avoir donné l’occasion à l’Association de se joindre à cette conférence pour célébrer la valeur du sport si chère pour l’unité de l’humanité, mais aussi pour la promotion du développement durable de notre magnifique continent. A cette occasion, l’ADEA a lancé un message pour une meilleure intégration des valeurs éducatives dans le sport, car grâce à l’éducation à la citoyenneté mondiale, seront installés des principes universels si chers à l’Agenda 2063 pour l’Afrique comme  «bonne gouvernance, démocratie, respect des droits de l’homme, justice et état de droit».

Accroître le financement de l’éducation et renforcer l’efficacité et l’équité dans les dépenses y afférentes

Le mot clé lors des discussions et conclusions de la Triennale 2017 a été TRANSFORMATION, et donc : transformer les politiques qui contribueront à atteindre les objectifs d’universalisation, d’équité et de qualité de l’éducation ; transformer les connaissances scolaires pour promouvoir les compétences nécessaires chez les jeunes afin de leur permettre de vivre et de travailler au 21e siècle ; transformer les connaissances scolaires formelles en capacités pour développer des compétences pour le brainstorming et l’action, pour modifier positivement les valeurs, les attitudes et les comportements des jeunes ; transformer la nature de l’école afin qu’elle soit un espace  d’apprentissage intergénérationnel, de confrontation fructueuse entre connaissances et expériences endogènes, modernes et développement local ; transformer les écoles pour qu’elles deviennent  des facteurs de cohésion sociale et d’équité.

Toutefois, pour une telle transformation, l’Afrique doit accroître le financement de l’éducation et renforcer l’efficacité et l’équité dans les dépenses concernant cette éducation. C’est ainsi que les décideurs et les principaux intervenants présents à la Triennale 2017 de l’ADEA ont adopté l’initiative de mise en place d’un Fonds africain pour l’éducation afin de compléter, soutenir et appuyer les efforts des pays en vue de la réalisation des objectifs fixés.

Source :  www.adeanet.org