L’Afrique invitée à miser sur le capital humain pour amorcer le virage numérique

Les intervenants à la 6e édition des Assises de la Transformation Digitale en Afrique qui se déroule actuellement au ministère des Finances et de l’Economie à Paris, ont tous mis l’accent sur le capital humain qui doit être, selon eux, au «centre de l’échiquier en Afrique pour amorcer au mieux le virage numérique actuel ». « Aujourd’hui la jeunesse africaine est consommatrice, il faut qu’elle devienne actrice du numérique», ont-ils souligné.

«Au-delà des plans de formations à déployer sur tout le continent, c’est la créativité de la jeunesse africaine qui doit permettre au continent de se hisser parmi les régions du monde les plus avancées sur le numérique », affirment les acteurs du numérique. Les Assises 2017 de la Transformation Digitale en Afrique se tiennent cette année en prélude au sommet UA-UE d’Abidjan des 29 et 30 novembre prochains. Elle réunit des acteurs du monde de la politique, du numérique, des IT Managers. Ils ont réfléchi à un certain nombre de recommandations par rapport à leur vision en tant qu’experts de ce que doivent être les investissements sur le digital en Afrique, en termes d’infrastructures, de développement de contenus, de formation et de capital humain.

Former des classes intermédiaires africaines pour l’Afrique

Les décideurs et experts européens et africains ont échangé sur des thèmes variés tels que la diversification du numérique, l’aménagement numérique des territoires, le M-paiement, le E-citoyenneté. La question du genre a également été longuement abordée au cours de ce conclave de deux jours, avec la nécessité d’intégrer la femme dans toutes les fonctions du numérique. « En Afrique, il y aujourd’hui des experts locaux sur des métiers stratégiques, mais il faut maintenant développer et former des classes intermédiaires tels que les techniciens supérieurs. C’est l’un des enjeux majeurs du développement du digital sur les prochaines années », explique Mohamadou Diallo, directeur de publication CIO-Mag et organisateur des Assises de la Transformation Digitale en Afrique. Il ajoute que le deuxième chantier sera de faire qu’une fois formés, ils restent en Afrique afin de contribuer pleinement à la réalisation de nombreux projets sur le continent.

Patrick Mbengue, président du Groupement des Opérateurs du Secteur des TIC en Côte d’Ivoire (Gotic), a relevé le changement de paradigme dans la coopération, notamment dans le digital entre l’Afrique et l’Europe.  Il a souligné à cet effet que les deux continents sont dans un rapport gagnant-gagnant, l’Europe a pris conscience que le développement de l’Afrique c’est aussi le leur.

Le directeur du Numérique de l’Agence Française de Développement, Jérôme Grûber, estime pour sa part que cet événement est l’occasion pour l’Agence française de développement d’affiner son écoute des demandes et besoins locaux. « Les multiples acteurs de terrain qui participent à ces assises enrichissent nos réflexions afin de faire évoluer de façon continue nos modalités d’intervention afin de renforcer l’impact de nos actions de façon pérenne », se félicite-t-il.

Les participants se sont accordés sur la nécessité de mettre en place des clusters de compétences Afrique-Europe, pays par pays, avec des solutions sur le digital impactant tous les secteurs économiques et sociétaux pour transformer fondamentalement l’Afrique.

Source :  apanews.net