Le numérique facteur de croissance et accélérateur du développement

L’Afrique est aujourd’hui, le deuxième pôle de croissance dans le monde après l’Asie. La rapidité et la qualité de son développement économique et social  passent, à l’évidence, par le recours intensif au numérique et son intégration systématique dans les initiatives publiques et privées visant à développer les pays du continent. En effet, en intégrant le numérique dans toute leur économie, les pays africains et en particuliers les Etats de la sous-région de l’Afrique centrale dont le Gabon, peuvent accélérer leur croissance et par conséquent, s’engagent directement dans la voie du développement durable. C’est dans ce contexte que se tient, depuis le lundi 24 octobre et ce, jusqu’au vendredi 28 octobre, à l’Hôtel Boulevard de Libreville, la 17ème rencontre du sous-comité Assignation Routage et Restauration du consortium de Câble ACE (Africa Coast to Europe – Côtes africaines/Europe).

A cette occasion, le ministre d’État, ministre de l’Économie Numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts, Porte-parole du Gouvernement, Alain-Claude BILIE-BY-NZE., a  corroboré en ces termes, l’accélération de la croissance à travers le numérique, « L’avènement du numérique a été un formidable accélérateur des possibles, dans la mesure où la vitesse des échanges d’informations a permis un meilleur partage des connaissances. Ce même avènement a permis de consolider l’expression de la démocratie précisément par l’accès d’un plus grand nombre à l’information et aux mécanismes de prise de décision, tout en favorisant l’épanouissement social, économique et financier des populations, y compris dans des zones reculées et difficiles d’accès par les moyens de communication traditionnels. De fait, parce que mandatés pour travailler au plein épanouissement des populations, les gouvernements se trouvent engagés comme organisateurs et bâtisseurs  des infrastructures  reliant les citoyens à l’Internet ».

Les-expert-du-sous-comité-Assignation-Routage-et-Restauration-du-consortium-de-Câble-ACE

Les expert du sous comité Assignation Routage et Restauration du consortium de Câble ACE

Le Gabon, pôle sous régional en matière de TIC

Et par conséquent devait-il ajouter, «… les plus hautes autorités de notre pays, à travers le Plan sectoriel Gabon numérique, composante du PSGE, ont décidé de faire du Gabon un pôle sous régional en matière de TIC, et de  doter notre pays d’infrastructures de rang mondial afin de réduire de manière significative la fracture numérique. Aussi, conformément aux ambitions procédant du Plan sectoriel Gabon numérique, l’Etat gabonais a consenti, avec l’aide de nombreux partenaires, à des efforts importants pour la construction d’un certain nombre d’infrastructures, notamment : la construction d’une station d’atterrissement du câble ACE ; la construction d’un réseau national fibre optique, avec une première phase de 1100 km en cours de finalisation ; La construction d’un point d’échange Internet sous-régional ; La construction d’une station de réception directe d’images satellitaires ».

En rappel, le numérique concourt à la croissance à un double titre : d’une part, en tant que secteur économique à part entière (l’on parle volontiers d’économie numérique) et d’autre part, parce qu’il stimule l’innovation et la compétitivité dans tous les autres secteurs de l’économie. Pour profiter à fonds des atouts numériques, le ministre d’Etat a égrené des mesures tendant à stimuler d’avantage le secteur de l’économie numérique, avec entre autre  la dynamisation du projet e-Gabon en cours de lancement et dont le financement bénéficie d’un appui important de la Banque Mondiale ; à continuer d’agir pour la baisse des tarifs et l’amélioration de la qualité de service, afin que le secteur du numérique réponde mieux à  la volonté clairement affichée par le Chef de l’Etat, de favoriser l’Egalité des chances ; à bâtir et à acquérir de nouvelles infrastructures numériques pour améliorer l’efficacité des politiques publiques. L’heure étant plus que jamais à la mutualisation des efforts et des infrastructures. Pour ce faire, les échanges avec les pays amis, membres ou non de l’ACE, doivent être encouragés en vue de l’amélioration de nos connectivités.

Le câble sous-marin de 17 000 km de l'Europe en Afrique Cape Town

Le câble sous-marin de 17 000 km de l’Europe en Afrique Cape Town

Contribution opportune de la Banque mondiale

C’est dans ce contexte que Conformément aux objectifs du Plan Sectoriel « Gabon Numérique », composante du Plan Stratégique Gabon Émergent, l’État Gabonais a consenti des efforts importants pour se doter d’infrastructures numériques de rang mondial. En mars 2012, le Gouvernement du Gabon a obtenu un financement de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD), appartenant au groupe Banque mondiale, pour couvrir le coût du Projet Central Africa Backbone au Gabon « CAB 4 ». Ce projet comprenait, d’une part, la construction d’infrastructures permettant d’exploiter les capacités internationales du câble sous-marin ACE « Africa Coast to Europe », et d’autre part, la réalisation des travaux de construction de la première phase du Backbone National, infrastructures en fibre optique traversant le pays et ayant pour but d’améliorer la connectivité nationale.

En accord avec la Banque mondiale, il a été décidé que l’exploitation de ces infrastructures numériques se ferait selon un modèle de contrat de délégation de service public dans le respect des principes de libre accès, de neutralité et de non-discrimination. Au regard donc de ces infrastructures numériques, il faut à l‘évidence créer des structures pour leur gestion et leur opérabilité. C’est ainsi que le 19 juin 2012, l’État a constitué le Délégant sous la forme d’une société d’Etat (Société de Patrimoine des Infrastructures Numériques, en sigle « SPIN ») pour être propriétaire de l’ensemble des infrastructures fibres optiques terrestres et sous-marines construites par la République Gabonaise, ainsi que des droits d’exploitation et commerciaux y afférents. La SPIN a donc pour objet au nom et pour le compte de l’Etat, de détenir et de gérer ses actifs dans le secteur des Télécommunications et de l’Économie Numérique, ainsi que d’entreprendre sur le territoire national ou à l’étranger, seule ou en association, toute activité liée au secteur des Télécommunications et de l’Économie Numérique.

Acteur majeur du dispositif institutionnel en matière de TIC, aux côtés du Ministère de l’Economie Numérique, de l’ANINF (Agence Nationale des Infrastructures Numériques et des Fréquences) et de l’ARCEP, la SPIN dont l’action se situe en aval du processus opérationnel a pour principale mission d’opérer des infrastructures numériques dans l’optique d’une meilleure valorisation et d’une mutualisation

En mars 2015, au terme d’un appel d’offre international, ouvert, transparent et non -discriminatoire, Axione (Filiale de Bouygues Energies et services) s’est vu attribuer le marché d’exploitation, de maintenance et de commercialisation de ces actifs sous la forme d’un Contrat d’Affermage, consacrant ainsi un nouveau Partenariat Public Privé (PPP).

Conformément à la convention de prêt entre la République Gabonaise et la Banque mondiale, la SPIN a créé, en date du 11 septembre 2015, une filiale dénommée « ACE Gabon » devant porter la propriété du câble sous-marin ACE, et de son parcours terrestre, ainsi que celle de sa station d’atterrissement. ACE Gabon est en effet, une Société Anonyme, filiale de la SPIN, qui a pour objet en République Gabonaise, la détention, l’exploitation et la maintenance de la station d’atterrissement située à Libreville et du câble sous-marin en fibre optique Africa Coast to Europe (ACE), conformément à l’Accord de Construction et de Maintenance ACE du 5 Juin 2010. A ce titre, ACE Gabon s’est vu d’une part déléguer les droits et obligations de la République Gabonaise dans l’Accord ACE et d’autre part céder la propriété de l’infrastructure ACE par la République Gabonaise.

Le Câble ACE contribuera à diversifier l’offre à destination des opérateurs économiques et des consommateurs

Support de transport du second réseau de communication électronique exploité par la SPIN et sa filiale ACE GABON aux côtés du Backbone National, le Câble sous-marin en fibre optique ACE relie sur 17.000 km, la côte ouest de l’Afrique à l’Europe. Fonctionnel à ce jour jusqu’à Sao-Tomé, le Câble ACE fait actuellement l’objet de travaux d’extension en direction de l’Afrique du Sud dont le ralliement est prévu courant 2018. Copropriété de dix-neuf (19) Membres provenant de dix-neuf (19) pays, le Câble ACE est géré au sein du Consortium éponyme composé d’un organe délibérant (Management Committee), et de six (6) sous-comités spécialisés.

Aux côtés du Câble SAT3, opéré par Gabon Télécom, le Câble ACE constitue désormais le second accès du Gabon en termes de connectivité internationale en fibre optique. Les principaux objectifs visés par les Pouvoirs Publics en investissant dans ACE consistent à accroître la couverture géographique et l’utilisation des réseaux à bande passante de grande capacité, diminuer le coût des services de télécommunications et démocratiser l’accès à internet. Outre ces objectifs, le Câble ACE devrait également contribuer à diversifier l’offre à destination des opérateurs économiques et des consommateurs, tout comme il devrait contribuer à garantir une meilleure sécurisation de la connectivité internationale du pays.

La Réunion AR & R qui se tient à Libreville du 24 au 28 octobre 2016, est plutôt une réunion technique, ordinaire et statutaire qui regroupe l’ensemble des membres du Consortium ACE. Elle permettra à travers les échanges des experts, le suivi de mise en œuvre des recommandations du Management Committee, la mise en place de la nouvelle interface web et SLA, la redistribution de la longueur d’onde de protection, les études et débats sur la transition éventuelle de MIU*km vers MIU (Minimum Investment Unit), la révision de la matrice des distances et impact sur les capacités et les KPI globaux et individuels déclenchant un upgrade.

Par Dr Neltoh