Le pétrole souffre des tensions géopolitiques

Les cours du pétrole ont souffert lundi du repli des investisseurs vers les valeurs refuges en raison des tensions géopolitiques autour de la Corée du Nord. Le brut léger américain a néanmoins mieux résisté que le Brent en raison de la remise en marche progressive des raffineries du golfe du Mexique après le passage de l’ouragan Harvey. Le contrat octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 8 cents, soit 0,17%, à 47,37 dollars le baril sur le marché new-yorkais Nymex. Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 41 cents (-0,78%) à 52,34 dollars

Le baril termine en net rebond à New York

Les cours du pétrole ont terminé en net rebond sur le marché new-yorkais Nymex, la reprise progressive de l’activité des raffineries fermées avec le passage de la tempête Harvey soutenant la demande. Le contrat octobre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 1,37 dollar, soit 2,90%, à 48,66 dollars le baril, à ses pics de plus de trois semaines.

Le Brent pour livraison en novembre a pris de son côté 1,04 dollar (+1,99%) à 53,38 dollars.

A l’inverse, les contrats à terme sur l’essence, qui s’étaient envolés la semaine dernière, sont retombés de près de 3% avec l’apaisement des craintes de pénurie. « Il y a un peu d’effet boomerang », dit John Kiduff, du fonds spéculatif spécialisé dans l’énergie, Again Capital, rappelant que juste après la tempête, le marché craignait une pénurie d’essence. « Aujourd’hui, il y a quelque inquiétude à court terme d’avoir un problème d’approvisionnement en pétrole brut. »

Ryad et  Moscou pour  une prolongation de l’accord sur le brut

Par ailleurs, la Russie et l’Arabie saoudite ont discuté d’une prolongation de l’accord de baisse de la production de pétrole conclu l’an dernier mais aucune décision n’a été prise, a déclaré le ministre russe de l’Energie Alexandre Novak, cité par l’agence Tass. L’accord, entré en vigueur le 1er janvier 2017, a déjà été prolongé jusqu’à la fin mars 2018 et une nouvelle extension est à l’étude, rapporte une autre agence russe, Interfax, en citant également Alexandre Novak.

Source : investir.lesechos.fr