Les industries culturelles et créatives, un secteur privilégié de contribution au développement économique

L’Organisation Internationale de la francophonie (OIF), en partenariat avec l’Unesco, a organisé du 22 au 24 juin dernier, à Libreville, un séminaire sur les politiques publiques d’encadrement, de financement et de développement des industries culturelles et créatives destiné aux hauts cadres des départements ministériels des Etats de la zone CEEAC. Ledit séminaire a donc regroupé à Libreville, au Radisson Blu Okoumé Palace Hôtel, une trentaine de conseillers techniques, des directeurs des unités administratives et des établissements rattachés en charge d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies publiques de développement des filières culturelles dans les domaines du cinéma, de l’audiovisuel, du livre, de la musique et des arts du spectacle.

L’objectif recherché par l’OIF est de constituer un vivier de cadres informés des modalités et instruments d’encadrement, de financement et de développement des industries culturelles, capables de s’impliquer ultérieurement dans un projet de coopération entre l’OIF et le gouvernement du pays concerné. Il s’agit dans le contexte de la région de l’Afrique Centrale, de faire prendre conscience aux décideurs et dirigeants politiques du potentiel économique des industries culturelles et créatives.

Le poids économique des industries culturelles quantifié au niveau international

En effet, outre l’énorme potentiel en ressources minières dont regorgent les sous-sols de ces pays, les industrielles culturelles et créatives sont rentables, apportent une forte valeur ajoutée, génèrent des emplois directs et indirects et présentent, enfin, un énorme potentiel de croissance et contribuent à l’équilibre de la balance commerciale. C’est un secteur d’activité économique qui n’est pas soumis aux aléas conjoncturels du marché international des matières premières dont la chute brutale ou drastique de leurs prix impacte durablement nos économies. Partant, les industries culturelles et créatives constituent un des maillons forts de la diversification économique de nos pays.

Aujourd’hui, le poids économique du cinéma, de l’animation numérique, de la musique enregistrée et en direct, de l’audiovisuel, des arts de la scène, des livres, du design, de la mode et des activités protégées par la propriété intellectuelle commence à être  quantifié au niveau international, démontrant ainsi l’importance des industries culturelles et créatives dans l’économie d’un pays et dans le commerce international.

Construire une identité culturelle spécifique du rayonnement et de l’influence à l’international

C’est dans ce contexte que l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), en conformité avec  sa mission de promotion de la diversité culturelle et linguistique, et dans le cadre de sa programmation quadriennale 2015-2018, a organisé ce séminaire en faveur de la création d’un environnement favorable à l’affirmation de la diversité des expressions culturelles et à la prise en compte de la culture dans les stratégies de développement durable. L’objectif visé est de renforcer les capacités humaines et institutionnelles d’une trentaine de participants venus du Cameroun, de la Centrafrique, du Congo-Brazzaville, de la RD Congo, du Tchad et du Gabon sur les politiques publiques d’encadrement, de financement et de développement des industries culturelles et créatives.

Il s’est également agi de mettre en évidence les visions et relations entre la culture, l’économie, le politique et le social devant amener nos Etats à faire des industries culturelles un secteur privilégié de contribution au développement économique, social et de construction d’une identité culturelle spécifique de rayonnement et d’influence à l’international. Les ministres des Affaires étrangères de nos pays respectifs de la zone CEEAC sont interpelés pour faire la promotion de nos cultures, c’est-à-dire pour faire aussi de la diplomatie culturelle en vue du rayonnement et de l’influence de nos cultures à l’international.

A cette occasion, six principales thématiques ont été développées par des formateurs professionnels sous la direction de Mme Youma Fall, directrice de Langue française, culture et diversités à l’OIF, assistée de M. Toussaint Tiendrébéogo, spécialiste de programme OIF, et de M. Francisco d’Almeida, en charge de la culture et du céveloppement.

La Rédaction