Les Programmes phares régionaux africains pour lutter contre le changement climatique en Afrique

Afin d’atteindre l’objectif ambitieux de la 21e édition de la Conférence des parties (COP21) visant à limiter le réchauffement climatique entre 2°C et 1,5º C, et à minimiser les impacts négatifs du changement climatique, après l’acceptation par consensus de l’Accord de Paris, un certain nombre d’interventions et d’initiatives devront impérativement être mises en œuvre pour réagir face au changement climatique et améliorer les conditions de vie sur le continent africain. Les Programmes phares régionaux (RFP) font partie de ces interventions.

« Aucun pays ne peut maîtriser les risques liés au climat qu’il encourt par lui-même.   Selon les prévisions, les régions sèches et arides vont s’étendre de 10 % d’ici à 2030.  Le changement climatique représente à la fois un défi et une opportunité puisqu’il aura également un impact conséquent sur le secteur agricole en Afrique, les agriculteurs africains risquant de perdre leurs terres », a expliqué la directrice de la mise en œuvre et de la coordination des programmes du NEPAD, Mme Estherine Fotabong-Lisinge.

Lors de l’ouverture de l’événement parallèle, celle-ci a également mentionné la complexité de la lutte contre le changement climatique et le besoin d’un effort fourni par l’ensemble des acteurs, à tous les niveaux : local, national, régional et international.

« Les Programmes phares régionaux (RFP) ont incité les pays africains à se rapprocher pour relever les défis liés à l’environnement et au développement durable », a-t-elle précisé.

Cet événement parallèle a permis de produire un rapport sur l’avancement de la mise en œuvre de ses cinq programmes phares : le Partenariat pour l’économie verte africaine (AGEP) ; l’Adaptation au changement climatique basée sur une gestion durable des terres, la désertification, la biodiversité et les écosystèmes (LDBE) ; le Partenariat pour la consommation et la production durables (SCP) en Afrique ; le Programme africain pour le développement des énergies durables ; et l’Évaluation environnementale intégrée en Afrique pour le développement durable. En effet, « le changement climatique aura des conséquences graves et néfastes sur de nombreux leviers de développement en Afrique et menace les économies et les conditions de vie d’un grand nombre de pays africains », prévient-elle.

Les participants ont mis l’accent sur le fait que la lenteur du déboursement de fonds pour les projets d’adaptation était une cause d’inquiétude majeure. Ils ont souligné le besoin d’augmenter les financements provenant de ressources africaines. Ils ont insisté sur la nécessité pour les pays africains de se préoccuper des répercussions néfastes du changement climatique, tout en se saisissant des opportunités économiques liées à ces enjeux.

Source : NEPAD, www.nepad.org