Nestlé fête près d’un siècle de présence en Afrique

La plus grande entreprise alimentaire en Afrique estime que l’augmentation de la population, l’émergence de la classe moyenne et le taux d’urbanisation grandissant vont amener son lot d’opportunités. La multinationale veveysanne, qui célèbre cette année son 150e anniversaire, est présente sur le continent depuis la fin du 19e siècle. Le groupe vaudois estime que ce continent représente une opportunité de croissance à long terme. C’est en Afrique du Sud qu’elle a installé sa première société, en 1916, et sa première usine, en 1927. En 2016, elle compte 26 usines et emploie plus de 16.000 personnes à travers l’Afrique. « Au cours des cinq dernières années, Nestlé a investi 850 millions de francs en Afrique subsaharienne et d’autres investissements sont déjà prévus ces prochaines années », indique John Miller, senior vice-président, directeur régional en charge de l’Afrique subsaharienne.

Depuis son implantation en Afrique, Nestlé n’a cessé de développer sa présence commerciale et industrielle locale. Son engagement à long terme et ses investissements significatifs montrent sa pleine confiance en l’avenir du continent comme « plate-forme » de croissance pour le groupe, malgré « les défis opérationnels ». En 2014, l’Afrique a contribué pour 3,6% aux ventes totales du groupe. Au cours des dix dernières années, l’Afrique subsaharienne a produit une « solide croissance » à deux chiffres. La région Afrique Centrale et de l’Ouest représente la moitié des activités de Nestlé en Afrique subsaharienne.

Contribution au développement

« Plutôt que de parler du poids économique de l’Afrique dans notre chiffre d’affaires, nous préférons relever la contribution de Nestlé dans le développement de l’Afrique », signale John Miller. Selon lui, l’impact de cette contribution peut se mesurer à travers la création d’un environnement propice à la croissance et au développement. « Nous continuons d’investir dans les infrastructures, l’industrialisation, la création d’emplois et la formation des collaborateurs », souligne-t-il. L’approche de Nestlé se fonde sur une perspective à long terme, un ancrage solide dans les pays et les cultures, ainsi que leur compréhension, et « le sens des responsabilités et des valeurs » du groupe. Quelque 65% des matières premières et des emballages de Nestlé sont achetés en Afrique. De même, l’exportation des matières premières d’origine africaine, comme le café ou le cacao, joue un rôle très important dans les opérations globales de Nestlé.

Vieillissement des cultures

L’objectif des dirigeants de l’entreprise est d’augmenter encore le taux d’utilisation des matières premières locales, tels que le café, le cacao et la chicorée, en étroite collaboration avec les gouvernements, les instituts de recherche et les communautés agricoles. L’Afrique représente 72% de la production mondiale de cacao, et Nestlé achète pratiquement 60% de son cacao en Afrique. Si vous y ajoutez le fait que 65% des matières premières et des emballages de Nestlé achetés, l’exportation des matières premières d’origine africaine, comme le café ou le cacao, joue un rôle très important dans les opérations globales de Nestlé, ce groupe a toutes les raisons de développer sa présence en Afrique. En partenariat avec les gouvernements et divers autres organismes, la multinationale aide les producteurs africains de cacao à faire face aux défis du vieillissement des cultures, des mauvaises pratiques agricoles ou du changement climatique.

Grâce à son Centre de recherche et de développement (CRD) d’Abidjan, 1,6 million de plantules de cacaoyers, hautement résistantes aux maladies et abondantes, ont été distribuées aux planteurs de cacao de Côte d’Ivoire, depuis 2010, afin les aider à renouveler leurs plantations. Le CRD est actif dans la recherche et le développement de produits à base de matières premières locales.

Source :  www.tdg.ch/economie