TransformAfrica 2017 : Le Gabon pour une démocratisation des technologies de l’information

Le Premier ministre, M. Emmanuel Issoze Ngondet, prend part au sommet TransformAfrica 2017, qui se tient à Kigali (Rwanda) jusqu’au 12 mai à l’initiative du Président du Rwanda, Paul Kagamé. Il représente à ce sommet, le Président de la République, Ali Bongo Ondimba, le chef afin de signifier l’engagement du Gabon en faveur d’une démocratisation des technologies de l’information. Il participera à cette occasion, à la table-ronde de haut niveau consacrée au thème « Du local au global : comment libérer le potentiel d’innovation de l’Afrique ? »
Se connecter-innover-transformer : le mot d’ordre de cet événement, auquel prennent part le secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications et la directrice générale de l’Unesco, résume les enjeux du présent pour gagner la bataille des services et des contenus, imaginer des services publics urbains digitalisés (en 2030, 50% des Africains seront citadins) et répondre aux attentes spécifiques des femmes et des jeunes.

Continent du « portable », l’Afrique au cœur de cette révolution du web nomade

Le chef du gouvernement conduit une forte délégation gabonaise composée du ministre d’Etat, ministre de l’Economie numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts, Porte-parole du Gouvernement, M. Alain-Claude BILIE-BY-NZE et des maires de Libreville, Port-Gentil, Owendo et Akanda, invités dans le cadre d’un forum continental des villes connectées.

Créée lors de TransformAfrica 2013 à l’initiative des chefs d’Etat rwandais et gabonais, l’alliance SmartAfrica pour une Afrique connectée, regroupant une vingtaine de pays-membres, a tenu son dernier conseil d’administration fin janvier 2017 à Addis-Abeba en présence d’Ali Bongo Ondimba. Le manifeste SmartAfrica porte l’engagement des leaders africains à « accélérer le développement socio-économique durable et à engager l’Afrique sur la voie de l’économie du savoir à travers l’accès abordable aux services à haut-débit ». Continent du « portable », l’Afrique est au cœur de cette révolution du web nomade boostée par la croissance la plus rapide de l’histoire humaine.

La Rédaction