Un réfrigérateur écolo exposé par Go Energyless solutions à la COP22

Fresh’it. C’est le nom du réfrigérateur entièrement naturel, fabriqué par des start-up marocaines et mis en vitrine à la « zone verte » du village de la Conférence des Nations Unies sur le Climat (COP22) à Marrakech (Maroc), du 07 au 18 novembre 2016.

Cet appareil écologique destiné à la conservation des aliments (fruits, légumes, eau, boissons, les médicaments…) est le premier produit de l’entreprise sociale Go Energyless solutions basée à Casablanca (Maroc), créée en 2015. D’après Lamhar Raowia, l’un des concepteurs, Fresh’it (en forme cylindrique) fonctionne sans recours à une quelconque énergie et a une capacité de stockage de produits qui varie entre 6 et 8 kg. 100% naturel, ce dispositif fabriqué à base de l’argile contient du sable à l’intérieur et couvert d’une sorte d’étoffe épaisse servant de portière.

Et selon les zones géoécologiques, le sable est arrosé de l’eau (demi-litre) une à deux fois par jour. C’est ainsi que le climat sec (par exemple) engendre une évaporation rapide de l’eau et donne une température de 6° à l’intérieur. Et dans les zones humides, la température oscille entre 10 et 12°. «C’est dans le but de maintenir le processus d’évaporation de l’eau, à l’origine du rafraichissement des produits conservés, qu’il est conseillé un deuxième arrosage par jour. Et il faut toujours placer Fresh’it dans un endroit bien aéré», explique le jeune Raowia.

En termes de performance et d’avantages, la trouvaille de Go Energyless solutions ne pollue pas, ne fonctionne pas avec l’énergie, conserve les légumes sans froissement pendant une durée de deux semaines, ne fait pas perdre la valeur nutritive aux produits alimentaires, s’intègre à la décoration interne de la maison et est facilement personnalisable.

La version basique du réfrigérateur Fresh’it (pour les populations de l’arrière-pays) commercialisé dans les villes de Casablanca, Rabat, Marrakech et Agadir coûte 220 dirhams (environ 22 euros) et la version ayant un design amélioré (adaptée pour les populations urbaines) vaut 500 dirhams (environ 50 euros).

Source:  www.mediaterre.org