Une Commission africaine de l’audiovisuel et du cinéma (AACC) pour une image positive de l’Afrique

Les ministres de la Culture, de la Jeunesse et des Sports des États membres de l’Union africaine ont créé aujourd’hui la Commission africaine de l’audiovisuel et du cinéma, en tant qu’institution spécialisée de l’Union africaine. La Commission africaine de l’audiovisuel et du cinéma (AACC) sera responsable de la promotion de l’évolution rapide de l’industrie audiovisuelle et cinématographique africaine.

La création est le résultat des efforts concertés menés par le gouvernement de la République du Kenya, la Fédération panafricaine des cinéastes, la Commission de l’Union africaine et les principaux pays producteurs de films dont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la République Démocratique du Congo, le Ghana, le Mali, le Nigeria et au Zimbabwe, entre autres. La mise en place de l’AACC a été préconisée pour la première fois par le Conseil exécutif de l’UA à Maputo, au Mozambique, en 2003.

Plus de 20 millions d’emplois et 20 milliards USD dans la contribution annuelle du PIB

Comme responsable de la promotion de l’évolution rapide de l’industrie audiovisuelle et cinématographique africaine, cette Commission africaine de l’audiovisuel et du cinéma doit créer les structures appropriées aux niveaux national, régional et continental ; renforcer la coopération entre les États africains dans le domaine de l’audiovisuel et du cinéma ; et promouvoir l’utilisation des expressions audiovisuelles et cinématographiques comme facteurs de développement rapide, de création d’emplois, d’intégration, de solidarité, de respect des valeurs et de compréhension mutuelle afin de favoriser la paix, une image positive de l’Afrique et prévenir les conflits.

Les statuts de l’institution spécialisée nouvellement créée seront examinés par une réunion extraordinaire de la sous-commission Culture des ministres africains au début de septembre 2016, avant d’être examiné par les ministres des Affaires juridiques et de la Justice en octobre 2016.

L’industrie de l’audiovisuel et du cinéma compte pour 5 milliards USD dans le PIB continental, employant environ 5 millions de personnes. Avec la poussée actuelle de son développement, cette industrie devrait croître à plus de 20 millions d’emplois et 20 milliards USD dans la contribution annuelle du PIB.

« Une industrie audiovisuelle et cinématographique robuste, capable de projeter une image positive de l’Afrique »

L’AACC fait partie d’un écosystème de cinq programmes qui mobilise 410 millions USD dans les fonds du programme pour la promotion de cette industrie au cours des cinq prochaines années. Ces ressources seront levées à la fois par le secteur privé et public et seront mises en œuvre principalement par le secteur privé. Les gouvernements nationaux et les communautés économiques régionales (CER) ont la responsabilité d’intégrer les activités sectorielles de l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel dans leurs stratégies prioritaires économiques et sociales pour donner les bons signaux pour la mobilisation des ressources.

Les bénéfices attendus pour les pays africains porteront essentiellement sur la croissance du secteur de 5 à 20 millions d’emplois à moyen terme et de 5 à 20 milliards USD dans la contribution annuelle du PIB.

Cet effort renouvelé aura comme avantages l’implantation d’une industrie audiovisuelle et cinématographique robuste, capable de projeter une image positive de l’Afrique, de faciliter la réalisation de l’Agenda 2063, « l’Afrique Que Nous Voulons (Africa We Want)», et être une bonne base pour l’exportation de produits et services du cinéma africain vers les publics et clients internationaux. Enfin, il renforcera la capacité du continent pour atteindre ses objectifs de politique étrangère, notamment la consolidation de la paix, l’intégration et le panafricanisme.

Source : www.africa-newsroom.com / www.FEPACIsecretariat.org