Valorisation des carrières relatives aux TIC auprès des jeunes filles scolarisées

Plus d’une centaine de jeunes filles ont découvert l’univers des technologies de l’information et de la communication (TIC) : utilisation de matériel informatique, expérience de femmes du domaine et métiers liés à ce secteur, à l’occasion de la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC, organisée par le ministère de l’Economie numérique et dont l’UNESCO était partenaire. Créée le 8 avril 2011 par l’Union internationale des télécommunications (UIT) – Institution spécialisée des Nations Unies pour les TIC –, la Journée internationale des jeunes filles dans le secteur des TIC, célébrée chaque 4e jeudi du mois d’avril, vise à valoriser les intérêts et forces des membres de ce groupe de population et à les encourager à faire carrière dans les technologies de l’information et de la communication.

Cette journée a été célébrée en différé au Gabon, le 27 mai 2017 à l’Institut Immaculée Conception – un établissement scolaire qui fait partie du Réseau des écoles associées de l’UNESCO – sous le thème : « La jeune fille face aux métiers des TIC ». Cette première édition du Gabon poursuivait plusieurs objectifs, entre autres : faire connaître le droit à l’éducation et le droit à l’information aux filles en âge scolarisable et faire découvrir l’univers des TIC aux jeunes filles comme alternative au décrochage scolaire. Pour ce faire, trois principales activités ont marqué cette célébration : l’initiation du groupe de jeune fille des lycée et collèges de Libreville ayant effectué le déplacement ; un panel sur le partage d’expérience des femmes dans les TIC et un autre panel sur la présentation des métiers liés aux secteurs des TIC.

« La jeune fille face aux métiers des TIC »

« L’UNESCO s’est associée à cette célébration en raison de sa priorité globale sur l’égalité des genres, c’est-à-dire « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles », tel que recherché par l’Objectif du développement durable numéro 5 », a rappelé M. Vincenzo Fazzino, représentant résident de l’UNESCO. De plus, « soucieuse de l’avenir de la jeunesse de ce pays, elle a mis en place, en 2015, en partenariat avec le gouvernement gabonais et la maison de téléphonie mobile Airtel Gabon, le Programme FORMER MA GENERATION – GABON 5000, conçu pour répondre aux besoins en connaissances informatiques et de formation professionnelle des jeunes dans les métiers des TIC, dont il y a une forte demande sur le marché du travail au Gabon. Il apporte également une solution à l’échec scolaire dans les classes d’examen (3e et Terminale) dû aux carences dans les matières scientifiques : mathématique, physique, chimie, biologie et sciences de la vie et de la terre (SVT)», a-t-il ajouté.

Dans son discours d’ouverture, M. Alain-Claude Bilie – By Nze, ministre d’Etat, ministre de l’Economie numérique, de la Communication, de la Culture et des Arts, a encouragé les jeunes filles à embrasser les carrières relatives aux TIC. Car « l’enjeu actuel du Gabon est de trouver comment se développer par le numérique (…) il ne faut pas avoir peur d’essayer, ni d’innover » – a-t-il dit aux jeunes participantes. En effet, le choix de telles carrières nécessite, dans la plupart des cas, de faire des études scientifiques. Or les matières scientifiques sont souvent vues par les jeunes filles comme des bêtes noires.

Les deux panels, qui ont suivi la traditionnelle cérémonie protocolaire, ont alors permis de résoudre cette problématique. Dans le premier, à travers un partage d’expériences avec certaines de leurs aînées et mamans, les jeunes élèves ont pu s’apercevoir qu’il était possible pour une fille de faire des études scientifiques et travailler dans le domaine des TIC. Dans le deuxième cas de figure, elles ont découvert les offres de formations disponibles au Gabon et les métiers des TIC. Un accent a été mis sur les profils les plus sollicités, grâce à la présentation des statistiques de l’Office national de l’emploi (ONE).

Parité filles-garçons

Le Bureau UNESCO Libreville, en tant que panéliste de ce dernier panel, a présenté son Projet « Former ma génération – Gabon 5000 » en mettant en avant le niveau de participation des filles. Dans les trois niveaux de formation dans les TIC de la composante I du Projet, la parité filles-garçons est avérée au niveau 1 (initiation à l’informatique). Par contre, au deuxième niveau de cette formation, les filles sont minoritaires et leur nombre est davantage réduit au troisième niveau, donnant accès à des métiers spécialisés des TIC, tel que « Assistant support multimédia », « Assistant réseaux informatique » et « Assistance maintenance informatiques ». Ce qui confirme le faible intérêt que les filles accordent aux TIC et la nécessité de les encourager davantage à suivre ces formations.

En outre, le Bureau a présenté sa composante II : soutien scolaire des jeunes en classes d’examen (BEPC et Baccalauréat) par la mise en ligne des cours dans les matières scientifiques : mathématiques, sciences de la vie et de la terre, chimie et physique. Ce soutien se fait par un système de tutorat en ligne. Au terme de son exposé, la présentatrice a invité les élèves des classes concernées à s’inscrire sur la plateforme créée :  www.gabon5000.avcn.fr afin de les encourager à se familiariser avec les matières scientifiques.

Source : Unesco